Le DAKAR jours après jours

Le feuilleton "la journée du garenne" débutera le 03 janvier : notre président Jérôme FEUILLADE, dit "le garenne" va s’envoler pour Lisbonne et rejoindre le départ du DAKAR 2007.
Il est actuellement affairé dans la préparation de ses effets personnels. La place est limitée dans les malles et il est nécessaire de faire des choix sur la quantité de slips par semaine. Et oui, au DAKAR, la notion de temps est différente, on ne parle plus en journée, mais en semaine.

 

 

 

 

 

 

 


le départ est proche,l’est tout chaud lapinou
tel le bernard Menez !

bientot_le_depart_pinou_est_tout_chaud_-

03 janvier, L’envol du garenne


Aujourd’hui, Jérôme FEUILLADE, plus communément appelé "LE GARENNE", s’est envolé pour Lisbonne. RDV était donné à l’aéroport international de Genève avec son coéquipier Stéphane CLAIR. Moins de deux heures plus tard, ils mettaient tout deux le pied sur la terre de Christophe COLOMB. C’est une première pour le garenne : l’année dernière, il avait rejoint la caravanne du DAKAR au Maroc, sur la spéciale NADOR - EL RACHIDIA. Dès leur arrivée à Lisbonne, ils étaient attendus par l’ensemble du team EASYDENTIC.
L’équipe s’est retrouvée au complet : mécanos de chez PIBOULE MOTOS, managers EASYDENTIC.... etc. Tout ce beau monde transporté dans un joli minicar aux couleurs de l’équipe jusqu’au PC course pour les vérifications techniques et administratives.
"Examen" de passage réussi pour pilote et machine : tous deux sont estampillés du numéro 112. La moto préparée soigneusement par PIBOULE MOTOS est passée sans problème au technique.
Le GARENNE, examiné par ses potes toubibs de la course a été jugé en bonne forme.... merci les heures d’entraînement.
Au programme de ce soir : détente, dégustation de poisson.... et dodo du GARENNE.

0301-c12d2.jpg
03012-13e09.jpg

04 janvier : Le GARENNE fait la malle


La moto est au parc fermé depuis hier. On n’y touche plus jusqu’au 06 janvier.
Levé tôt comme à son habitude, le garenne a occupé une bonne partie de sa journée à peaufiner son paquetage. Tout avait été déjà préparé et vérifié à Annecy. Néanmoins, nouvelles vérifications des check list aujourd’hui pour définir ce qui va dans le camion des frères VUILLET ( interviewés sur EUROPE 1 ce matin ! ), ce qui part avec l’assistance INNOVATYS, et le plus précieux, l’indispensable malle Afrique, estampillée du numéro 112.
C’est dans cette malle que le GARENNE retrouvera son intimité le soir : tente, duvet, vêtements de rechange. Tout aussi indispensables, ce sont les outils et les pièces mécaniques qui seront nécessaire sur les étapes marathons où Jérôme n’aura pas d’assistance.
Tous les motards du DAKAR connaissent l’importance de la malle, transportée par l’ANTONOV du trophée ELF. Tous la retrouvent et l’ouvrent comme ils ouvriraient la porte de chez eux en arrivant le soir au bivouac. Pour avoir une petite expérience des rallyes, le GARENNE connaît l’importance de la malle.

03011-2b221.jpg
04011-5ab92.jpg
04012-42359.jpg

La voiture d’assistance du GARENNE. Comme lui, simple, robuste et sans vernis.

05 janvier : repos durant le compte à rebours

04013-0cbc6.jpg

Tout est prêt, motos, bagages et GARENNE qui trépigne d’impatience. L’inactivité le rend dingue. Patience, le départ c’est demain.
Bonne nouvelle, car la moto est en catégorie "marathon" ( machines proches de la série ). Ceci permettra à GARENNE d’avoir plus de chances de bien figurer au classement de sa catégorie.
Dans la tradition du GARENNE, cette journée sans grosse activité a été consacrée aux palabres avec les potes : un tour chez KTM pour serrer les louches de l’ami CASTEU, l’homme au sourire d’athlète, un tour chez les pilotes privés YAMAHA, amis de coeur du GARENNE qui écume les enduros sur une monture bleue depuis 5 ans. Même Ludo FAVEYRIAL passait par là ! C’est le moment où l’on prend un peu de temps pour resserrer ou créer des amitiés. On glane également de bons conseils. Tous sont heureux de se retrouver pour partager un repas, un verre, donner son point de vue et sa stratégie pour ce DAKAR 2007 qui commence demain...

C’est l’ambiance des "avants rallye", on retrouve des potes que l’on ne voit qu’à l’occasion des courses : quelques mots sur le boulot, la famille et l’on "embraye" de suite sur la course, la brêle, les pneus, les suspattes. Les choses importantes de la vie en somme.
En fin d’après midi RDV VIP avec le staff EASYDENTIC / INNOVATYS : présentations officielles, arrivée des "patrons", poignées de mains,fruits rafraîchis, petits gâteaux, champagne, et femmes légères...
Bien entendu, Jérôme ne s’est pas fait prier pour prendre la parole et souhaiter la bienvenue à tous.

Copie_de_04014-ff8c8.jpg
05012-93a83.jpg

06 janvier : première étape sur un air de fado

5, 4, 3, 2, 1, et en avant Guingamp, c’est parti pour 15 journées de 
course où le temps défile à toute allure. Les seules préoccupations vont devenir les suivantes :
- S’assurer que la brêle est au mieux, sans cesse penser à la ménager.
- Rouler, rouler, rouler encore.
- Et il ne restera que quelques heures pour manger, dormir et faire son caca.
Le programme de cette journée, c’est 117Km de spéciale avec 115Km avant et 232Km après, soit plus de 450Km. Belle petite journée de brêle mine de rien. Juste une mise en bouche du DAKAR. C’est une des magies de cette course, parcourir des distances de dingues, tous les jours. Des Paris Marseille quotidiens, mais sur la piste...

06011-5f570.jpg
FRANCE_ETAPE_1_-6124a.jpg

Le GARENNE est 71ième, il a roulé tranquille et nous a confié :
"Première étape, première surprise. Nous ne sommes qu’en Europe, mais nous avons vu du sable, sans même aller à la plage... juste un avant-goût de l’Afrique. La spéciale n’était pas donnée, avec des épingles dans le sable mou tous les 400m. Mieux valait avoir déjà fait de la brêle".
La liaison matinale était un peu frisquette, le poil de la bête un peu hérissé. Merci aux vêtements DECATHBRÊLE achetés pour être bien douillet dans le petit matin.
A température, dans la spéciale, sa "pompe à feu" s’est avérée fabuleuse : "elle envoie du lourd et c’est le tapis volant d’Aladin".
"GARENNE, fais gaffe de ne pas aller t’en mettre une grosse".
Ce soir, dernière nuit de luxe à l’hôtel, ensuite ce sera le terrier, l’Afrique.

07 janvier : 67 Km de Flamenco

C’est la distance de la spéciale, vite expédiée... Sur le papier, mais dans la pratique, le terrain était celui d’un enduro de ligue d’Auvergne. Pas de dessin pour ceux qui connaissent. Des caillasses glissantes et de la poussière. David CASTERA signe bien le tracé de ce DAKAR. Merci à lui, une fois de plus. Jérôme a roulé "tranquille, comme chez AMIS". Ceux qui roulent avec lui interprèteront cette phrase comme ils le voudront. Au plan des résultats : 59ième de l’étape et 60ième au général. Un bémol pour les limitations de vitesse dans les traversées de villages, Jérôme craint de s’être pris des "pions" et promet, à l’avenir, de surveiller de plus prêt le compteur de sa vigoureuse. C’est un GARENNE fougueux. Les 463 bornes de liaison jusqu’à Malaga sont faits avec l’équipe PIBOULE MOTOS, les brêles dans la remorque.
Le GARENNE et sa moto AMIS SECURITY embarquent ce soir. Arrivée à Nador demain matin à 4 heures.

07012-2-396d4.jpg

AMIS SECURITY prend effectivement tout son sens. L’équipage 112 teste tout d’abord de nombreuses solutions en terme de sécurité et de confort. Les résultats seront exploités et dévoilés au retour.
Lorsqu’il s’est posé la question du sac médical, Jérôme s’est dit : "C’est con, lorsque l’on est médecin, que l’on médicalise des enduros et des rallyes avec AMIS depuis 15 ans, de tomber sur un blessé et de n’avoir que sa B... et son couteau". Il a donc débuté avec un sac contenant le strict minimum. Et puis, réflexion faite, de fil en aiguille, sont venus se rajouter : nécessaire de perfusions, antalgiques ( morphiniques compris ), et matériel d’intubation. Pas le sac de réanimation AMIS de 12 Kg qu’il a l’habitude d’avoir sur le dos en championnat de France, mais pas loin. Là où tous les concurrents ont roulé en configuration "light", notre GARENNE a couru ces deux étapes avec sac à dos, banane et tutti quanti. Un des objectifs de ce DAKAR avec la moto AMIS SECURITY est de convaincre ASO du bien fondé de la présence des motos médicales sur le rallye le plus célèbre du monde.

07011-7e94e.jpg

08 janvier : Welcome to MOROCCO

Ce matin, le GARENNE s’est levé à l’heure des boulangers. Départ à 4 
heures du matin, dès l’arrivée du bateau à Nador. C’est comme ça le DAKAR, faut se lever tôt. Encore pire qu’en enduro ! 200 Km de liaison avant d’arriver au départ de la spéciale qui en comptait 252. Départ de secteur sélectif en fin de matinée pour une 63ième place scratch... à 48 min de COMA. Jérôme n’a surtout pas tenté de jouer les héros en arrivant sur le sol africain : d’abord pour ne pas se planter sur la navigation et perdre bêtement de précieuses minutes, ensuite et surtout pour ne pas se mettre par terre dès le début du bal. En effet, cette spéciale, le GARENNE la connaissait vaguement, proche de celle de l’année dernière. Et pour tout dire, le Maroc, depuis le temps qu’il y traîne, soit en rallye, soit avec femme et enfants, il connaît plutôt bien. 
Pour ne pas dire comme sa poche.

07017-ac315.jpg
07016-777ee.jpg

"L’entrée en matière est très sérieuse, surtout pour la navigation. Sur la première partie de la spéciale, les changements de direction sont très nombreux. Il s’agit d’un véritable labyrinthe de pistes. Une fois sorti de ce dédale, les baisses d’attention ne sont toujours pas tolérées. Si les voies rocailleuses paraissent propices à la vitesse, les nombreux oueds à traverser nous rappellent à la réalité".
Les réglages faits hier sur la fourche rendent la moto plus joueuse. Elle "enfourche" beaucoup moins de l’avant. D’excellente augure pour le sable des jours à venir.
Une nouvelle journée de "rôdage" où tout se passe comme prévu. Ce soir, il faut préparer le paquetage pour demain : les motards ne rejoindront pas Ouarzazate avec le reste de la caravane, mais resteront entre eux, dans l’intimité à Foum zguid à l’arrivée de la spéciale.

PARCOURS3-a26ff.png

09 janvier : une vraie étape

Er Rachidia, Ouarzazate, près de 700 Km, dont 405 de spéciale.

09011-d6cb7.jpg

Très tôt ce matin, au petit déjeuner, le GARENNE n’était pas trop fier. C’était le premier petit déjeuner pris au bivouac. Première nuit dans le terrier, les oreilles rabattues, le museau dans les pattes, notre pilote n’a fait qu’un trait : endormi en moins d’une minute, pour 5 heures de sommeil paradoxal ! Cette fois ci, on y est, c’est parti pour user les plus faibles. Inutile de garder le suspens sur classement du président d’AMIS : 70ième place au scratch. Tout, n’est pas rose puisque CASTERA a placé 6 heures de pénalités pour excès de vitesse dans la musette du GARENNE. C’est le métier qui rentre. La journée a été une première leçon de résistance, s’étendant sur la longueur. Une étape comme Jérôme les apprécie, variée avec quelques dunes pour lui mettre l’eau à la bouche, et commencer a réellement produire l’effort, "se sortir le doigt" comme il dit souvent. Surtout ne pas s’enflammer et savoir en garder en réserve pour la suite.
On comprend mieux pourquoi, hier soir au bivouac, les mécanos de chez PIBOULES RACING avaient déshabillé les pétoires 112 et 113 pour tout vérifier. Resserrer tout ce qui est resserrable sans plaindre la LOCTITE. La "vigoureuse 525 teutonne" vibre entre les jambes du GARENNE et surtout sur les cailloux du sol marocain. Des portions d’étape genre championnat du monde de marteau piqueur. Alors forcément faut faire gaffe, ça se desserre. Tout est OK pour les deux motos EASYDENTIC / INNOVATYS, les mécanos de chez PIBOULES RACING sont deux poissons dans l’eau pour faire la mécanique au pied du camion, s’occupant des deux "Frida" qui sont traitées comme deux jeunes mariées. Des mecs vraiment biens, des passionnés.
Ce soir, pour les motards, un bivouac « privatif » est aménagé à Foum Zguid, à une centaine de kilomètres de Ouarzazate. Les véhicules d’assistance sont interdits d’accès au parc de travail, où seuls les concurrents peuvent intervenir sur leurs motos. Pour la 112, ce sera un filtre à air neuf, un oeil un peu partout, puis dodo au pied de la tente du GARENNE.
Bonne nuit à tous les deux.

PARCOURS_1_-a303c.png

10 janvier : dernier jour au Maroc

Notre GARENNE était à l’état sauvage hier, il a couché dehors avec des 
babouches à ses pieds et le bonnet enfoncé jusqu’aux yeux. Isolé à Foum Zguid avec ses copains sur deux roues, loin du grand bivouac situé à Ouarzazate.
Sales comme des marchands de charbon, ils se sont retrouvés entre eux pour jouer de la clé de 12 dès leur arrivée à leur campement berbère hier. Chacun bricolant sa brêle en ne confiant à ses potes que les petits secrets qu’il veut bien dévoiler. Une ambiance chaleureuse entre personnes parlant le même langage ( mais pas toujours la même langue ) et retrouvée seulement sur les bivouacs des rallyes. Ces soirées où l’on se couche très tôt valent tout les club med de la terre.
Ils se sont infusé un total de 600 bornes, dont 325 de spéciale. Passant plus à l’ouest que l’année dernière, les concurrents ont grimpé dans l’Atlas, un début de spéciale lent et très technique. Une très belle spéciale, rapide ensuite et qui a réussi à Jérôme puisqu’il finit 51ième de la spéciale, pour une 57ième place au général.

09012-fc87c.jpg

Si les journées semblent faciles pour les cavaliers qui "avancent", les spéciales sont loin d’être données. C’est au rythme de 20 par jour que les abandons se succèdent. On est dans la tradition, il faut du déchet en arrivant en Mauritanie. De toutes les façons, ASO n’a pas prévu de la soupe pour 250 concurents à Atar.
Grosse et belle étape demain avec lever à nouveau très très tôt, départ aux environs de 5 heures pour FEUILLADE, le passage du mur, frontière entre le Maroc et la Mauritanie gardée par les forces des nations unies. Prêt de 1000 bornes au programme. ça ne blague pas le DAKAR !

PARCOURS-8f268.png

11 janvier : du côté de chez les sahraouis

L’étape la plus longue du rallye. Mieux vaut débuter cette journée en 
étant encore relativement frais. Ceux qui sont déjà entammés par les journées précédentes risquent fort de rentrer tard dans la nuit, voire d’attendre le balai. Peut être même qu’on ne les reverra plus jamais.
Démarrage sur les chapeaux de roues pour le GARENNE qui s’est oublié. A son réveil, toutes les motos démarraient ! Un inquiet à l’oreille fine. Donc un départ à l’arrache pour 250 Km sous la pluie et par un froid de canard. Le temps s’améliore et le jour se lève à la fin des 400 Km de liaison. Départ de spéciale à Bir Moghreim : de la boue comme sur un championnat de France en mars dans le Cantal et le GARENNE adopte le pilotage Hollyday on ice. Voyant l’état des pistes, il s’est dit qu’"il ne fallait pas subir et a décidé d’en mettre, sans état d’âme". Passage ensuite à de l’herbe à chameau pour 150 Km. Premier blessé sur la route de Jérôme qui se transforme immédiatement en toubib de terrain qu’il est. Le problème de genou du concurrent blessé est vite solutionné par le président fondateur d’AMIS. Ils repartent tous deux, Jérôme avec le trophée du fair play décerné par les gens de chez ASO qui "passaient" par là.

DSC00741-72480.jpg

Quelques kilomètres plus tard, c’est au tour du GARENNE de prendre sa première vraie tôle du rallye. Même pas mal pour le cavalier, mais le réservoir arrière de la Frida est percé et pollue la moitié de l’Afrique. Du coup le GARENNE poursuit peinard pour terminer 41ième de l’étape. 45ième au général.
À l’arrivée à Zouérat, le compteur de la brêle a enflé de près de mille bornes !
A 19 heures, Jérôme a pris conscience qu’il avait oublié son duvet à Tan Tan, ce matin dans la précipitation. Décision est prise d’aller squatter chez ses potes de l’équipe médicale. Rien ne l’arrête l’animal.

18424088-febcd.jpg

Pas de photo du jour de notre GARENNE : distraits, nous avons crashé notre zinc ce matin dans les dunes. Pas de mal pour l’équipage, mais le coucou est bon pour la casse. Nous faisons route sur Atar en meharée. La suite du rallye sera couverte, après l’étape de repos, par le plus courageux des envoyés spéciaux AMIS. Il poursuivra au guidon de la 500 BARIGO du GROUIK ( voir sur le blog ) qui nous est envoyée en colis express. Nos excuses pour ce désagrément.

PARCOURS-2-3eb73.png

12 janvier : Atar, joli port de pêche

11011-0727b.jpg

Jérôme, dit le GARENNE est 42ième au classement général en arrivant à Atar. C’est grosso modo la mi-parcours, il peut être satisfait. Stéphane CLAIR, son coéquipier du team INNOVATYS / EASYDENTIC est 114ième. Les deux brêles sont en course, demain c’est relâche, l’équipe de chez PIBOULES RACING entre en scène pour remettre à neuf les deux pompes à feu.
Aujourd’hui, même si l’étape a été écourtée, ils se sont tapés 400 bornes d’herbe à chameau, puis erg, puis à nouveau herbe à ch.... etc. La Mauritanie dans toute sa splendeur quoi. Avec du vent de sable comme cerise sur le gâteau. Une journée de chien. Mais le GARENNE adore cela, c’est connu. Il était déçu que l’étape soit écourtée ! Pas question de vouloir tutoyer l’Afrique, Jérôme reste humble ce soir. Il roule en jouant l’économie pour lui et sa Frida. C’est long le DAKAR.

Pour le reste du rallye, certains ont pris le départ avec des montures déjà bien déniappées, l’objectif pour eux étant de rouler peinard en priant pour que ça tienne jusqu’à la journée de repos à Atar. Prions pour eux.
Une pensée à connotation sexuelle pour encourager le PIROUX qui a rincé le bouilleur de sa YAM aujourd’hui. Il n’a pas encore rendu son carton et trouvera sans doute une solution : "détends toi garçon !"
Demain repos à Atar, tous vont vraiment s’amuser, la ville et les alentours c’est Ibiza, mais en mieux.

13 janvier : repos à Atar

Une grace matinée toute relative aujourd’hui, puisque le GARENNE a fait la STAR’ AC ce matin. C’est toute l’équipe de la prod de FRANCE 2 qui l’attendait devant le terrier. Les parisiens du show biz voulaient en savoir un peu plus sur le "médecin de l’AMIS" qui était 42 au scratch en arrivant à Atar. Alors c’est sans trop se faire prier qu’il a accepté de leurs la jouer "l’Afrique c’est mon truc" et "le DAKAR je l’ai dans le sang, quand à la brêle... je la domine, pas un faut pas".
Sa femme Marie Luce et à ses filles seront toutes fières de le voir en prime time. Ses partenaires tout autant.
Même si les uns comme les autres sont convaincus du bien fondé de sa présence sur le DAKAR, un coup de TV, ça ne se refuse pas.
La moto est au mieux, les rois de la pince monseigneur de chez PIBOULES RACING ont souhaité ne pas toucher au bouilleur qui ronronne comme un gros chat.
Jérôme est en forme, de plus en plus maigre, malgré qu’il dévorre tout ce qui passe à sa portée. Tout au plus quelques vieilles douleurs qui se réveillent du fait de l’inactivité du jour. Notamment au niveau des doigts avec un équivalent de canal carpien bilatéral du aux vibrations.
Petite anxiété car il sait que deux grosses, très grosses étapes l’attendent les deux prochains jours : demain 600 Km de spéciale pour arriver à Tichit. Pas de la tarte !
Repose toi mon vaillant.

gueule_1-2-135f0.jpg
PARCOURS_4_-766c6.png

14 janvier : le GARENNE torche Esteve PUJOL

C’est sous les applaudissements que le GARENNE est arrivé à Tichit. En effet, l’objectif secret qu’il visait est enfin atteint : AUJOURD’HUI, LE GARENNE A TORCHE ESTEVE PUJOL. Il lui a mis quelques 8 minutes dans les ratiches et s’adjuge la 32ième place scratch de la journée. Vive le roi d’AMIS !!!
Plus sérieusement, même si hier c’était relâche, même si l’équipe TV lui avait glissé à l’oreille qu’un rôle dans "la clinique de la forêt noire" lui irait comme un gant, Jérôme n’était pas vraiment détendu. Simplement parce qu’en briscard du DAKAR, il savait ce qui l’attendait les jours prochains. Les habitués le savent bien, si CASTERA te laisse au repos durant 24 heures, ce n’est que pour mieux te mettre à l’épreuve les jours suivants. Il est vicieux quelque part ce type. Mais on l’adore, comme on adore ce p.... de DAKAR. Qu’en tu crois que c’est fini, il y en a encore.

12011-3e453.jpg

Aujourd’hui, c’était 626 km, dont 589 chronométrés, au menu. La spéciale sans doute la plus difficile du rallye. Un tracé varié avec des pistes caillouteuses en début de spéciale, avant de retrouver le sable mauritanien qui mène à l’oasis de Tichit. De l’herbe à chameau sur des kilomètres, interminables. Et des dunes dans du mou pour se reposer, l’enfer. Une nouvelle fois, l’expérience du désert et de la navigation du GARENNE ne lui a pas été superflue. Même s’il aime bien lorsque c’est dur, pour ne pas dire qu’il est parfois un peu maso, aujourd’hui, rien n’a été de trop pour arriver à Tichit avant la nuit. Félicitations GARENNE, tu touches vraiment ta bille dans le sable.
Demain, même scénario pour allé à Néma. Repose toi.

5 janvier : mettez m’en encore 500 Kilos

500, c’était le nombre de kilomètres de la spéciale d’aujourd’hui. Encore du velu pour Jérôme. Pas de liaison, départ de spéciale depuis le bivouac aux environs de 07h45, de suite après le petit déjeuner. Forcément, le GARENNE prend quelques minutes pour remettre toutes ses idées dans le bon sens et réfléchir à ce qu’il aurait bien pu oublier. Vu que tous les matins, c’est la course avant la course pour tout rassembler dans le sac, les poches, la banane... Prends une remorque l’année prochaine. Après débriefing dans sa tête, rien n’a été oublié. "Aller, faut mettre du gaz sans état d’âme". C’est donc reparti pour une étape très difficile. Du grand classique avec des ergs pas donnés et de l’herbe à chameau histoire de casser un peu plus les bonhommes. Même si souvent le terrain est piégeux, cassant, jérôme nous avoue : "toute la journée, je pense aux kilomètres à parcourir, ceci pour garder le rythme et tout faire pour arriver au bivouac au plus tôt. L’objectif de chaque jour, bien avant le classement, c’est de rentrer avant la nuit." Malchance après 200 Km de spéciale, le GARENNE s’en est mis une très grosse. Un peu de peur, un peu de mal côté bonhomme. Pour ce qui est de la Frida, elle a perdu également un peu le nord. Comprenez que l’instrumentation en a pris un coup dans les carreaux. Le GARENNE a continué en suivant la trace faite par PUJOL, vu qu’il lui était passé devant aujourd’hui. Du travail ce soir pour les gars de chez PIBOULES RACING, les indispensables sorciers aux doigts d’or. Tenez bon les gars.
Ce soir, c’est 43ième scratch et 37ième au général. Un vrai métronome, voire un peu en hausse.
Même si le plus dur peut être considéré comme fait, ce n’est que sur le papier, un raisonnement un peu théorique. Sur le terrain, avec la fatigue accumulée, les spéciales de 300 Km des jours prochains, faudra tout de même les sortir.
Concernant les journalistes amissiens, nous vous présentons nos excuses : pas de photo du GARENNE ce soir. Les piles de l’appareil nous ont lachés. Pas évident d’en trouver en Mauritanie. Demain nous auront résolu le problème.

sable-193ef.jpg

16 janvier : boucle du côté de Néma

Parcours modifié du fait de bandits armés jusqu’aux dents et 
recherchant des riches à trousser et à détrousser. Ainsi, le GARENNE ne verra pas Tombouctou cette année et devra attendre deux jours pour voir le Mali. Pas sur d’ailleurs que ceci soit au centre de ses préoccupations du moment.
Seulement quelques dunes aujourd’hui, mais surtout des pistes de sable où les ornières se creusent comme nulle part : en voiture, on y est ballotté d’un côté à l’autre comme dans une machine à laver. En moto, il faut avoir les yeux en face des trous à cause des menhirs cachés dans le sable, et d’autre part les mains bien accrochées au guidon qui ne fait que donner des grands coups tantôt à droite, tantôt à gauche. La théorie, celle qu’on lit dans les articles de MOTO VERTE, la voici résumée : "en arrière de la selle, le cul sur le garde boue arrière, les pieds bien callés, et du gaz pour absolument garder de la vitesse. Garder de la vitesse, c’est impératif". Sauf que qu’en tu fais le DAKAR, même si tu t’appelles GARENNE, des fois t’en as un peu plein les bottes, t’es mort raide défonce et tu n’aspires qu’à une chose : du roulant.

derapage-2-94ba5.jpg
JFLangogne-fbe6f.jpg

Question roulage c’est toujours aussi bien, à l’issue des 360 Km de spéciale, le GARENNE fait 34 au scratch et se classe 39ième au général. Stéphane CLAIR, deuxième cavalier EASYDENTIC / INNOVATYS, numéro 113, casaque rouge et 121ième au scratch. Pour lui aussi, le plus dur a des chances d’être derrière. Le beau brun mérite une ovation : il a passé quelques heures sur la pétoire pour sortir des spéciales. ça a payé, bravo !
Demain, l’ami CASTERA accorde une sorte de répit. Tous se rendent à Ayoun en Atrous par la route, en liaison pour 300 bornes.

Nous vous le disions hier, le FEUILLADE s’en est mis une très très grosse. Vu qu’il était comme qui dirait un peu secoué, ça a du taper vraiment fort. Pour détendre l’atmosphère, voici un souvenir d’un enduro à Langogne. Certains s’en souviennent, AMIS avait fait du grand spectacle, la meule du GROUIK crachait le feu !

et le garenne cherchait l’entrée de son terrier au fonds du moulard

gege_bourbier-c279d.jpg

17 janvier : le tarmo du bitume

Ayant un peu plus de temps à nous consacrer ce soir, le GARENNE nous en a dit un peu plus sur l’étape d’hier et sa sur stratégie future : "hier je me suis pris une grosse pelle, certainement à plus de 100Km/h, surpris par une voiture. Bien sonné, je suis remonté sur la brêle et je suis reparti en sens inverse de la spéciale. Lorsque j’ai croisé PETER, je me suis demandé ce qu’il faisait. Ce n’est que quelques Km plus tard que je me suis aperçu de mon erreur. Ma moyenne sur la spéciale était de 80Km/h. Le classement est à priori figé jusqu’à DAKAR. Ceux qui sont devant moi ont plusieurs rallyes derrière eux, ce ne sont pas des enfants de coeur. Lorsque tu arrives à leur hauteur pour les doubler, ils en remettent un peu plus. Je ne veux pas prendre des risques inutiles. Parfois, c’est plus facile à dire qu’à faire, quand t’es sur la brêle, tu n’y penses plus."

Nema_nema-337f0.jpg

Aujourd’hui, le GARENNE, même pas il a calculé les pistes. Journée bitume, sponsor MUTUELLE DES MOTARDS, équipement cuir, CROMWELL et CLIMAX, pot 4 dans un, filtre à air bricolé avec un bas noir de sa femme, soupapes latérales, culasse borgne, amortos KONI et longues portées CIBIE sur les pare cylindres, guidon bracelet avec tirage rapide et voila notre FEND LA BISE parti pour 300 Kils de route. Déhanchés dans les tournants, slaloms hasardeux entre les animaux, roues arrières pour gâter les minots, tout y est passé.
Journée de repos et de détente bien méritée.
( annonce subliminale : à vendre YAMAHA 250WRF 2006, fourche et amortisseur ÖHLINS, freins BRAKING, révisée, comme neuve, tél : 06 88 83 76 07 ).
La course reprend demain, avec déjà une petite odeur d’écurie, plus que trois étapes. De belles spéciales, comme des TREFLES LOZERIENS géants.
Souvent, avec son TANGO de 3 tonnes qui ne mettait pas un pied devant l’autre, sur ces pistes, le GARENNE se disait : "P...., là en brêle ça doit être bon !" Et bien là en brêle, ça commence demain au Mali, comme dans les rêves, avec des good vibrations, des spéciales moins éprouvantes. Attention à ne pas trop baisser la garde tout de même.
L’étape de demain :

PARCOURS_2_-d9921.png

18 janvier : dans la savane

32ième scratch, 37ième au général, c’est le classement du 
GARENNE ce soir. Soyez de suite rassurés, il ne s’est pas mis de pelle aujourd’hui. Comme nous vous le disions hier, la spéciale ressemblait à un TREFLE LOZERIEN GEANT, tout pour la joie. Même si les premiers ont un peu jardiné. La moto non seulement tient le coup, mais se révèle être une pure merveille au fil des jours. FEUILLADE nous en parle la larme à l’oeil, il s’y attacherait presque à sa fidèle Frida. Il ne tarit pas non plus d’éloges pour l’équipe de chez PIBOULES RACING. Des mécanos comme on en voit de moins en moins, qui font tellement bien leur boulot.

savane-33903.jpg
4448365_1_-236bf.jpg

Yannick GUYOMARC’H ( notre photo ), vous connaissez ? C’est lui aussi un amissien présent sur le DAKAR. Pompier à Paris, taillé comme un grand frère, façon costaud des Batignolles. Notre Yannick, avec son numéro 18 et son 400XR à bout de souffle, en chie des ronds de chapeaux depuis le début. Mais comme c’est un vrai costaud, limite têtu, il est toujours en course, et pas dernier. Si, aujourd’hui au scratch, mais pas au général. Cette fois ci le Yannick a toutes les chances d’arriver à DAKAR. Comme tous ceux encore en course, il le mérite. Les nouvelles YAMAHA 250WRF pour la saison AMIS 2007 arrivent, le Yannick a bien mérité la sienne. Cette année, les championnats de France vont être du petit lait pour lui.
Demain, la spéciale est plus cassante. Nous connaissons ces pistes qui arrivent à Tambacounda, les portions notées "défoncées" sur le road boock, c’est Verdun, mais en sec. Des trous de 2 mètres. CASTERA devrait noter : "défoncé comme un champ de maneuvre". La première fois qu’on y passe, on n’y croit pas.

PARCOURS_1_-2-effec.png

19 janvier : le GARENNE met du brin

200 Km de liaison, puis 260 Km de spéciale à fond les ballons. Ce matin, tous les leaders le savaient le GARENNE est derrière, en position d’attente. Ce n’est pas du respect, ni de la crainte, mais de la peur, de la panique lorsqu’ils l’entendent arriver fier comme Artaban sur sa Frida. Si bien que nos deux espagnols, COMA et PUJOL, ont pris un ticket de par terre chacun. Pas de mal pour tous les deux, mais DAKAR en spectateur en T-shirt et bermudas pour COMA. PUJOL est reparti avec un engin passablement déniappé et fini bon dernier de la spéciale.
Au total, notre idole des quadragénaires, avec son air faussement naïf, se retrouve 36 au général. Un des premiers privés aujourd’hui. Surtout, son meilleur scratch du rallye : 23ième temps !

17011-28f44.jpg

Nous n’avons pas pu l’interviewer à l’arrivée. Le GARENNE a été appelé au motor-home de Jordi ARCARONS, team manager KTM-REPSOL. il y a du contrat et des brouzouffes dans l’air....
Spéciale splendide, hypra-roulante, des glissades comme les champions du monde, FEUILLADE s’est lâché total. Au milieu des baobabs, en traversant les villages de cases avec des odeurs comme on en trouve qu’en Afrique noire, et des pistes à perte de vue. La navigation n’était pas donnée, avec un road boock qu’il fallait suivre à la lettre pour ne pas se retrouver à 10 bornes de la trace idéale. C’est dans ce dédale de pistes que le GARENNE a très certainement fait parlé sa science ( et sa chance ) de la navigation.
Ce soir, à Tambacounda, c’est le dernier bivouac, le dernier repas couchés par terre avec les potes, à parler de brêles et d’expériences sexuelles improbables. A la fois un soulagement et un pincement au coeur. Demain ce sera le retour à une certaine civilisation. Les maisons, les lits, les tables pour manger assis sur une chaise, les WC sur lesquels on s’assoit. Tout ce que les concurrents ont oublié depuis 15 jours. Même avec Nathalie SIMON, les hélicoptères et l’IRITRACK, le DAKAR reste encore une aventure.
L’étape de demain :

FRANCE_ETAPE_1_-2-16e51.jpg

20 janvier : la fin du road-movie

Le GARENNE est arrivé à DAKAR, c’était la dernière vraie spéciale.

Fidèle à un vieil adage amissien : "mieux que t’en mets, mieux que ça tient", le GARENNE n’a encore pas laissé le temps aux chiens de pisser sur ses roues : 16ième scratch, juste derrière Fabien PLANET.
"C’est très agréable de rouler à ces places du classement, je suis très peu gêné par la poussière. Je me suis encore régalé. Sans prendre de risque, j’ai roulé comme on roule chez AMIS."
Malheureusement, sur la liaison qui mène à DAKAR, la vie a rappelé à Jérôme qu’il était médecin : il a découvert Eric AUBIJOUX, pote et concurrent, inanimé à côté de sa moto. Malgré une médicalisation immédiate, Jérôme n’a rien pu faire. Eric est décédé.

Tamba_Dakar-2-44c87.jpg
DSC01033-118b4.jpg

La course a traversé DAKAR au milieu de la circulation incroyable, la poussière, les gaz d’échappement, les klaxons. C’est l’Afrique.
Gros, gros soulagement, mélangé à de la fierté en posant la brêle sur le parking d’un grand hôtel de luxe.
Des admirateurs, des VIP, brutalement une sorte de fourmilière après avoir parcouru, admiré et respecté l’Afrique, le désert, debout sur les cales pieds de sa Frida.
Comme les autres motards, FEUILLADE est un peu déboussolé face à cette effervescence. Il était tellement bien, seul sur sa brêle à traverser le désert à toute vapeur.

21 janvier : on baisse le rideau

Merci à tous chez EASYDENTIC / INNOVATYS, des entrepreneurs au sens large et noble du terme.
Dernier tour de piste aujourd’hui au lac rose. 12 Km de spéciale.
Contrat rempli pour l’équipe EASYDENTIC / INNOVATYS : jérôme est 35 ième au général et 7ième en catégorie marathon. Pas mal le GARENNE pour un premier rallye.
Stéphane est 112ième au général, il gagne ainsi sa place chez AMIS pour 2007.
Une standing ovation de plus pour les mécanos de PIBOULES RACING, des orfèvres qui ont préparé des meules d’une fiabilité remarquable. Aussi robustes que les pilotes : deux au départ, deux à l’arrivée.

arrivee-500x334-65fed.jpg

Lorsque le GARENNE a voulu pointer son museau sur cette course, il s’est tourné du côté des gens qu’il connaissait. Des fidèles à AMIS depuis quelques années et qui ne se sont pas faits prier lorsque Jérôme leurs a demandé un coup de main : TRANSFRET, MUTUELLE DES MOTARDS, IPONE, KENNY et LAZER. Un grand merci à tous.
Comme à son habitude, sans faire semblant d’être quelqu’un d’autre, Jérôme a su unir et fédérer des personnes d’horizons différents.
Un peu de repos avant de reprendre les médicalisations AMIS. Sa moto, photographiée ci dessous, l’attend flambant neuve dans le garage.

Ce soir, le GARENNE aura le sommeil léger ; Marie Luce, sa lapine, l’a rejoint à DAKAR.

Merci à vous, lecteurs de "la journée du GARENNE", ici DAKAR, à vous Cognac Jay.

MOB-3bb9b.jpg

Le Lac Rose

Aprés ce qui est arrivée à Eric la veille, j’ai un peu de mal à remettre mon habit de lumière.

Le Dakar commencé, il faut tout de méme la franchire cette ligne d’arrivée !


On se réveille donc de nouveau à 5 H 30. Je roule tranquille dans les rues de Dakar en surveillant tous les éléments extérieurs ainsi que le bruit du moteur. Surtout ne pas prendre d’angle car l’ambiance humide océanique mêlée à des routes sales rendent le revêtement hypra glissant !
Après un bon passage de sable mou, on arrive sur la plage. Vraiment un bon moment entre pilotes mais il faut déjà se mettre en ligne pour un nouveau départ. Je manque de me sortir deux fois dans la poussière. Il y a plein de public, je retrouve Marie sur le podium, petit mot d’Etienne Lavigne, photo et c’est terminé...
On se lache un peu avec le champagne mais fatigue, alcool et chaleur me calment vite ,surtout qu’il faut ramener la moto. Voilà, c’est fini. Après 15 jours de concentration maximale, je lève un peu la tête, il va falloir se poser un peu. La fatigue m’a un peu rattrappé cette première semaine, mais je vais bientôt pouvoir faire le bilan de tout celà à froid. Ma famille m’attend comme si rien ne s’était passé, les copains d’AMIS sont super chauds avec les nouvelles 250 Yam. Un objectif, un rêve de longue date est désormais atteint, va falloir se remotiver !

arriv_350_P-8c439.jpg