Examen pour la licence internationale de moto

Allez hop, on consulte!

Examen pour la licence internationale de moto

     L’épreuve d’effort et l’échographie cardiaque sont devenus obligatoire pour PREVENIR LA MORT SUBITE DE L’ATHLETE

Dr Pascal Barraud ( Cardiologue )

    Les pratiquants de haut niveau de la moto tout terrain et ceux qui se préparent au rallye raid, d’autant plus qu’ils associent une préparation physique intensive peuvent être considérés comme des athlètes.


     « Le cœur d’athlète » est une adaptation à cette pratique intensive : fréquence cardiaque basse au repos, association dilatation hypertrophie du muscle cardiaque, véritable équivalent d’une augmentation de cylindrée cardiaque permettant ainsi de délivrer un débit cardiaque majoré lors de l’effort.


   Le risque majeur bien que rare est : la mort subite du sportif.
Si celle-ci peut être due à une rupture d’anévrysme intra crânien (impossible à détecter), la cause dans la très grande majorité des cas est la survenue d’un trouble du rythme cardiaque grave : c’est la fibrillation ventriculaire (arrêt cardio respiratoire irréversible en l’absence de réanimation adaptée et rapide).


    Deux maladies cardiaques souvent silencieuses expliquent la majorité des cas ; ce sont les maladies coronaires et les cardiomyopathies hypertrophiques (épaississement anormal des parois du cœur).
La surveillance médicale de l’élite de notre discipline et la délivrance des licences adéquates qui en découle, comme dans d’autres fédérations sportives, doit s’adapter au dépistage de ces maladies.


    Le simple examen clinique et l’électrocardiogramme de base sont insuffisants ; deux examens complémentaires peuvent être proposés :


    L’épreuve d’effort avec électrocardiogramme d’effort
   Pratiqué sur vélo ou sur tapis roulant, il consiste à analyser le tracé de l’électrocardiogramme lors d’un effort maximal (fréquence cardiaque = 220 – âge), afin de dépister une atteinte silencieuse des coronaires. Il existe malheureusement un taux élevé d’environ 10 % de faux positifs chez l’athlète (un faux positif est un examen considéré comme anormal en l’absence de maladie). Actuellement en attendant les progrès du scanner des coronaires, La positivité de l’examen doit conduire à la réalisation de l’examen de référence, c’est-à-dire la coronarographie : véritable radiographie invasive des coronaires, c’est l’examen indispensable alors pour infirmer ou confirmer la maladie.



    L’ échographie cardiaque
    C’est l’étude du cœur de façon non invasive par les ultrasons. Cet examen permet d’apprécier de façon précise la morphologie et la fonction des différentes structures cardiaques. Le diagnostic des cardiomyopathies hypertrophiques ou d’autres maladies souvent congénitales plus rarement en cause est aisé.
La réalisation de ces examens relativement simple doit permettre de faire en sorte que la mort subite de l’athlète de haut niveau devienne exceptionnelle.