Les problèmes oculaires

Un peu de culture

Les problèmes oculaires

     Lorsque les conditions météo mettent à mal l’étanchéité ou la transparence des lunettes en enduro, tout ça malgré le rajout d’appendices susceptibles d’en prolonger l’efficacité (roll-off, tire-off, cougloff) , les derniers remparts qui vous restent afin de protéger l’œil sont : la paupière (mais si on s’en serre, on voit plus rien), la conjonctive et la cornée.


La conjonctive est une fine membrane transparente qui recouvre la surface du globe oculaire ; elle se blesse facilement mais elle se répare facilement pour peu qu’on y prenne garde : c’est la conjonctivite, ça pique, ça brûle, ça pleure, et ça fait mal.

Juste en dessous, c’est la cornée, une espèce de lentille qui avec le cristallin joue un grand rôle dans la perception des images (comme dans un appareil photo, quoi).

Une atteinte de cette lentille : c’est la kératite (comme la conjonctivite, en rouge, et en plus, on y voit moins).

Sans précaution et traitement adapté, l’ulcère de la cornée est l’évolution pouvant conduire à des conséquences hypothéquant l’avenir oculaire.

Il existe deux principaux mécanismes d’atteinte conjonctivale :
1) Cause solaire, par les ultra violets, sur la neige ou sur le sable.
2) Cause mécanique : les gravelles, poussières, sables, boues, caillasses, brins d’herbe, scories, et autres étrons. C’est le cas le plus fréquent dans nos contrées.

Le traitement fait appel à un lavage soigneux à grande eau faute de sérum physiologique ou de lotion spécifique, puis en fonction de l’atteinte à un traitement par collyre ou pommade ophtalmique, avec ou sans occlusion oculaire. Dans les cas sévères un avis ophtalmologiste sera rapidement demandé.
Le premier examen sur place utilise la fluorescéine associée à une lampe à UV servant de révélateur des lésions initiales, éventuellement après anesthésie locale.

Les moyens préventifs sont à mettre en œuvre dès que les conditions générales exposent à un risque :
Soleil : écran anti UV
Poussière, sable boue : lunettes à écrans multiples.
Conditions extrêmes : lunettes avec grillage à fromage (attention les mouches !)
Une dernière possibilité est représentée par la lentille souple traitée anti UV, non correctrice, utilisable 30 jours, non remboursée par la SS, vendue par lots de 60 éléments, que l’on peut se procurer chez les opticiens non sans avoir demandé un avis ophtalmologique antérieurement. Un essai étant nécessaire avant port prolongé. (Ex : PRECISION UV °)
Dans tous les cas d’atteinte ophtalmique, la prudence est de rigueur, et l’accès au spécialiste est à envisager sans délai.

Enfin si vous croisez un enduriste aux yeux rouges porteurs de grandes oreilles : c’est pas la conjonctivite, mais la myxomatose !