La luxation de doigt

La luxation de doigt

     La luxation de doigt correspond au déboîtement d’une phalange. L’articulation n’est plus engrenée (ça coince donc), ça fait mal et ça n’est pas franchement esthétique.


Elle survient généralement dans le cadre d’un choc direct (branche par exemple) ou à la réception d’une figure mal maîtrisée se soldant par un râteau. Dans tous les cas, à la suite d’un mouvement forcé d’hyper extension, le plus souvent.

Il est possible de crocheter le doigt luxé à l’aide d’un crayon tout en appuyant simultanément avec le pouce sur la phalange luxée.
On peut aussi placer un crayon ou un bandage dans l’alignement du doigt et procéder comme précédemment .
Pour les deux manipulations, il vaut mieux être aidé, mais pour les durs au mal, ça peut se faire seul, faut juste oser…
La perception d’un ressaut témoigne de la réussite de la réduction.
Un autre moyen de vérifier que l’articulation est en place, c’est d’essayer de se gratter le cul avec le doigt concerné. Si ça marche c’est que la luxation est réduite.
Après réduction, immobilisation de courte durée avec une attelle.
Faire un contrôle radiologique.

Attention, ne pas réduire la luxation s’il existe une suspicion de fracture.
De même, lors d’une luxation de pouce, mieux vaut éviter d’y toucher.
S’il n’y a pas d’autre solution, la manipulation est différente : il faut tirer en arrière de la base du pouce en le redressant à 90 degrés puis le repousser en avant. La aussi, il doit y avoir un ressaut confirmant que la luxation est réduite.

Rééducation indispensable : contacter David Estrade, il se déplace partout en France, il n’y a pas de petits profits.

Diagnostic différentiel : la luxure du doigt. C’est quand on met son doigt dans des endroits intimes, mais c’est un autre sujet…