CHAMPIONNAT DE FRANCE CORTE 2006

Championnat de France d’enduro : premières impressions après Mauriac et Corte.


Retour vers le futur.

La relève est enfin là.

Après Mauriac, enduro sibérien hélas annulé, le moto-club cortenais du président MENNI bien assisté par les piliers du moto-club lozérien, nous a proposé l’épreuve de Corte où la rigueur de l’encadrement rivalisait avec la beauté des paysages.

une grande épreuve très physique qui a encore vu le triomphe de l’officiel YAMAHA Marc GERMAIN, chef de file d’une nouvelle génération d’enduristes.


Il semble que contrairement aux épreuves de l’enduro mondial, les deux premières épreuves de l’enduro français montrent un retour en France vers les enduros à l’ancienne ou la liaison peut faire perdre ou gagner une course.


Le franchissement redevient au goût du jour, spirale amorcée par l’engouement des épreuves extrêmes,tant auprès du public que des pilotes.


Dans les bouchons gigantesques de Mauriac, dans les interminables et éprouvants pierriers de Corte, slalomant entre les pilotes épuisés, effondrés au bord des chemins, jamais nos jeunes inter et nationaux ne se sont plaint ; aucun accès de mauvaise humeur malgré les litres de sueurs nécessaire pour espérer pointer à l’heure.


Au contraire, un vent nouveau semble souffler sur l’enduro français qui retrouve ainsi une âme sur ces circuits typé physique.


S’il renaît et redevient crédible, « notre enduro » s’éloigne cependant des choix de l’enduro mondial où hélas, la liaison n’est plus qu’une randonnée entre deux spéciales.

SALMINEN, en France l’an dernier s’est plaint d’avoir eu à pousser en liaison ; son avis n’est heureusement pas majoritaire chez les pilotes et l’enduro français, exception culturelle mondiale, pourrait bien donner les idées à d’autres nations.


La France changeant le monde ? pourquoi pas.

Un mot d’AMIS

Les YAMAHA WRF 2005 ont permis aux binômes d’AMIS de se sortir des pièges corses sans difficulté ; couple, souplesse, suspensions adaptés au franchissement après avoir retiré un peu d’huile dans les fourches, nous avons été nous même surpris de nos prestations dans les passages techniques. Bien aidé par nos pneus VEE RUBBER très à l’aise sur ce terrain dur mais parfois recouvert de neige ou de terre grasse. A recommander.


Docteur Patrick MÜLLER


3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

AMIS avait rendez-vous sur les terres du moto-club 12 pour la 3° édition des 3 jours de trial d’Aveyron, classique hivernale internationale. Jean François Molinié et son équipe ont arrêté le nombre de