MONTEE AUVERGNATE 2009

Une édition 2009 corsée cette année qui a vu la victoire de Marc Germain.

Pas mal de blessés le samedi dès la reco du fait d’une piste très piégeuse.

De l’A.M.I.S. surchoix cette année avec la recomposition du duo de choc des premières éditions au niveau des carabins roulants et 2 petits secouristes "qui n’en veulent" : la grande Saucisse de Vichy, Frankie la terreur, Yann Brontosaurus Hamilton et émilius Von Gruikken.


Le compte rendu par dom albouy :


LA MONTEE AUVERGNATE 2009

"3 ans qu’on n’y était pas remonté avec le GROUICK, de la première jusqu’à la troisième, avec Grouickette, Cléclé et Jojo.

C’est qu’elles ont grandi les p’tites et de l’eau est passée sous les ponts !



Bon : le parcours a vachement évolué depuis tout ce temps, ça tournicote, ça monte, ça descend et comme le dit MIROY :

« c’est un CH court, faut gérer le physique et en garder pour les derniers lacets de l’arrivée, ça tabasse là-haut et si t’as plus de bras, t’es mal ! »



Arrivée de Yann," l’aide de camp " ; on s’en fait une petite en reco ce soir ça te dit que je lui dis ; et c’est parti pour le schaw : virolo, tremplin, marchouilles, chemin plat glissant, descente entre les arbres, sous les chaises, remontée dans le sable, la poudre, les racines, les grosses pierres, un peu de dévers, encore des racines, encore de grosses pierres et l’arrivée après trois lacets ; total 22 km

Soit près de 30 minutes en reco, fait chaud en haut, mais quel panorama !!!...



Bon, faut redescendre par la piste vtt qui tournicote tout plein, un petit plantage au fond d’une ornière (c’était marqué danger mais sans préciser lequel) et on arrive en bas.


Yann Granger, néoenduriste volontaire et photographe confirmé attaque le chrono contre la montagne(mais c’est surtout le début de la redescente qu’il appréciait vraiment)


Ok pour Miroy et Mick, Bartaud ouvrira demain, à 9h, on décide de le précéder.



Repas du soir au rocher du cerf chez MYCHOU, à part le Y c’est comme là bas dis !!

On n’a pas eu droit au spectacle mais ce n’est que partie remise.


Grouick et Franck nous rejoignent le samedi matin :

Première montée reconnaissance le matin, une chronométrée l’aprème décide de l’ordre des départs le dimanche ou le temps de la meilleure des deux montées effectuées sera gardé pour effectuer le classement.

Not’gars Ganon

Ben la reco les gars y connaissent pas, en travers après 10 m, 2 km, ou 10 km, au tas à peu près en même temps, z’ont pas chômé les AMIS


tibia-péroné, genou, poignet, épaules, plus deux trois pizzas, avec la palme pour maxime Geoffre , toujours chaud sur la poignée !!



Le dimanche est plus calme sur le plan médical, la montagne a dominé le samedi, le dimanche le respect est de mise et aucune punition ne tombera (à part un doigt cassé et un volumineux hématome du mollet candidat à une mise à plat chirurgicale)




Marco (20’), Manu et not’Ganon font le classement de départ et même le classement final, les autres habitués préparant leur voyage au Mexique cause WEC !




Nos 300 HM se sont comportées comme des balles, un vrai bonheur (7 montées en trois jours : trop bon !!!...)



On rend les dossiers à Rémi LUCENET pour clôturer notre exercice,

un pot d’adieu au pied des pistes et on se retrouve au France à Saint Just en Chevalet dans 15 jours ; le parcours traversera CALINON, qu’on se le dise !!!"


DOM ALBOUY

AB+





































0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Cet enduro peut s’appeler le "trois en un" : trois courses avaient lieu en même temps, la manche française du championnat d’Europe, une ligue d’Auvergne le samedi et une autre le dimanche. De fait, Mi